петак, 06. новембар 2015.

Zvuci Beograda (bez bombi), Mark Deluz | Bruits de Belgrade (sans les bombes), Marc Delouze


 Pesnik Mark Deluz, gost ovogodišnjeg festivala poezije, poslao nam je pesmu o Beogradu



Mark Deluz
Zvuci Beograda (bez bombi)

Na ulazu u grad sa obe strane puta koji ide od aerodroma dve zgrade razrušene po sredini snažnim udarcem sekire svedoče o ne tako davnom slučajnom susretu cigli i nosila na stolu za istorijsko seciranje 

(Kakav zvuk prave bombe ?)

u hramu Svetog Save sav taj kamen za obradu, biću kamenorezac, taj divni zanat kojim bih u nekom drugom životu mogao da se bavim u snu, u tom širokom prostoru tišine sa obličjem krsta čulo bi se samo zveckanje čekića o dleto koje probija kamen poljupcem zelenog šiljatog vrha umetnik i umešan

(kako zamisliti ovde buku bombi ?)

u maloj susednoj crkvi istog imena prekićenoj zlatom kao neka stara ruska kneginja čuje se samo cvrčanje tankih sveća niz koje se slivaju suze od meda do njihovog podnožja kupajući se u vodi crnoj kao vode pakla

(buka bombi je sasvim daleko odavde)

u parku svuda oko crkve apsurdno i preglasno zavijanje mašina koje vazduhom odbacuju travu sa asfaltiranih aleja prema travnjacima a koju će vetar ponovo naneti, tvrdoglavi šaljivdžija, tamo gde mu je volja

(da li se to čuje buka bombi ?)

na obodu parka struganje talasa po oblucima struganje mešalica za beton sporih i teških koje se pokreću da obnove ružnu zgradu čiji je beton izgrickao neumoljivi zub vremena meša se sa jakim odlivom šuta koji jedno dugačko crevo od narandžaste plastike obilazeći fasadu prazni u kolica za utovar u velikom oblaku prašine

(šta li se to dogodilo sa bukom bombi ?)

ovlašni dodiri prstiju vetra u tajnama lakih tunika koje devojke nose sa držanjem bezbrižnih princezica sklisko i nesvesno prelazeći iz senke u svetlost u svojim pripijenim i lepršavim suknjama ili u jednostavnim crnim helankama tako uskim tako uskim

(može li se ovde zamisliti buka bombi ?)

u tišini avenije iznenada kašljucanje motora pola tuceta kamiona tamnozelene boje svaki vukući kratke protivavionske topove koji se kotrljaju poput velikih bezazlenih igračaka na svoja dva mala točka sa slabo naduvenim gumama, praćeni  vojnim ambulantnim kolima, dvama policijskim vozilima koja zatvaraju tu procesiju čiji se poslednji naleti kašlja gase iza zavese od drveća jedne puste bašte

(može li se savladati buka bombi ?)

ti pocepani komadići svile koji lepršavo lete između klupa drveća i žbunja kalemegdanskog parka to su mrvice poverljivih dugih razgovora umakle prisnosti dveju drugarica sasvim mladih koje sede na jednoj klupi, ili pak onoj dveju drugarica sasvim starih koje laganim korakom napreduju putem kojim se korenje širi kao vene pod zemljom

(nema buke bombi ni na nebu ni na zemlji)

cvrkutanje nevidljive i udaljene dece u raskoraku sa cvrkutom isto tako nevidljivih ptica, a sve to ističe škripanje dečjih kolica koja prelaze osunčanu površinu ispred klupe gde završavam roman Bohumila Hrabala

(da li se ikad ovde začula buka bombi ?) 

opet u maloj crkvi Svetog Save plač bebe čiju glavu uranja u svetu vodicu sveštenik plećat kao ragbista brzo je ugušen grajom zvonā od koje bruji čitavo nebo nalik staklenoj ploči koju neki gorostas pokušava da smrvi udarcima pesnice okićene ogromnim prstenjem

(da li se to opet čuje buka bombi ?)

tokom poslednjeg obroka u restoranu Mala fabrika ukusa, kao odgovor na zahvalnicu pesnika Dejana Matića pričam o tim zvucima koje jedan po jedan ljušti tekst koji upravo pišem i o lajtmotivu buke bombi koju zamišljam, pisac Aleksandar Mandić me pronalazi i odvodi me van sale i u tišini puste bašte u samom srcu noći objašnjava mi šta je buka bombi, prvo najstrašnija tišina, zatim oštro škripanje u ušima slično onome koje se čuje duž kablova kada se voz približava, onda taj pritisak u grudima taj snažan udarac pesnice koji dolazi iznutra, jer svaka bomba pada unutar nas, najzad, najzad tek mnogobrojni zvuci krici odronjavanja sirene vatrogasci ambulantna kola plač i eksplozija prasnula iz sveg nagomilanog užasa
po izlasku iz grada sa obe strane puta koji me vodi na aerodrom okrećem se i gledam kroz zadnje staklo dve razrušene zgrade reklo bi se dva stražara koji odjavljuju potop, čujem samo buku motora.

Beograd-Pariz 6-13. maj 2015.
 
(Prevela Višnja Baletić)


////////////////////////////////////////////


Marc Delouze
Bruits de Belgrade (sans les bombes)

A l’entrée de la ville de part et d’autre de la route qui vient de l’aéroport deux immeubles effondrés en leur milieu par un formidable coup de hache témoignent de la rencontre fortuite il n’y a pas si longtemps des briques et des brancards sur l’étal d’une historique dissection

(quel est le bruit que font les bombes ?)

dans l’église Saint Sava toutes ces pierres à tailler, je serais le tailleur de pierres, ce beau métier qu’une autre vie me permettrait en rêve d’exercer, dans ce vaste espace de silence cruciforme on n’entendrait que le cliquettement du marteau sur le ciseau creusant la pierre d’un baiser de pic vert artiste et artisan

(comment imaginer ici le bruit des bombes ?)

dans la petite église homonyme voisine surchargée d’or comme une vieille princesse russe on n’entend que le grésillement des minces cierges qui laissent couler leurs larmes de miel jusqu’à leurs pieds baignant dans une eau aussi noire que les eaux de l’enfer

(on est bien loin du bruit des bombes)

dans le parc tout autour de l’église l’absurde et agressif rugissement des expirateurs qui repoussent les herbes depuis les allées asphaltées vers les pelouses et que le vent ramènera, obtus et facétieux, là où ça lui chante

(entendrait-on le bruit des bombes ?)

 à la lisière du parc  le raclement de vagues sur les galets des bétonneuses lentes et lourdes qui s’activent à la réfection d’un laid bâtiment de béton grignoté par les mandibules inexorables du temps se mêle à la diarrhée de gravats qu’un long intestin de plastique orange parcourant la façade évacue dans la cuvette d’une benne dans un grand soulagement de poussière

(qu’en serait-il alors du bruit des bombes ?)

les effleurements des doigts du vent dans les secrets des tuniques légères des jeunes filles au port de petites princesses sereines qui glissent de l’ombre à la lumière sans s’en apercevoir dans leurs jupes moulantes et flottantes ou en simples collants noirs si fins si fins
(peut-on imaginer ici le bruit des bombes ?)
dans le calme de l’avenue soudain le toussotement des moteurs d’une demi-douzaine de camions vert foncé chacun d’eux remorquant de courts canons antiaériens qui roulent tels de gros jouets inoffensifs sur leurs deux petites roues aux pneus mal gonflés, suivis par un ambulance militaire, deux voitures de police concluent cette procession dont les dernières quintes de toux s’en vont s’éteindre derrière le rideau d’arbres d’un jardin désert

(peut-on combattre le bruit des bombes ?)

ces petits morceaux de soie déchirés qui volettent entre les bancs les arbres et les buissons du parc Kalemegdan ce sont des bribes de conciliabules échappées de l’intimité de deux copines toutes jeunes assises sur un banc, ou bien de celle de deux copines toutes vieilles qui avancent à pas prudents sur le chemin où les racines courent comme des varices sous la terre

(nul bruit de bombe ni dans le ciel ni sur la terre)

le pépiement des  enfants invisibles et lointains désaccordent celui des oiseaux tout aussi invisibles, le tout ponctué par le couinement régulier d’une poussette qui traverse l’aire ensoleillée devant le banc où je termine la lecture d’un roman de Bohumil Hrabal

(y eut-il jamais ici de bruit de bombe ?)

dans la petite église de Saint Sava encore les cris du bébé la tête plongée dans l’eau bénite tenue par le prêtre à la carrure de rugbyman sont vite écrasés par le tintamarre des cloches qui fait vibrer le ciel tout entier pareil à une plaque de verre qu’un colosse tenterait de briser à coups de poings chargé d’énormes bagues 

(entendrait-on encore le bruit des bombes ?)

lors du repas final au restaurant « Mala Fabrika Oukoussa » (la Petite Fabrique de Vinaigre), en réponse aux remerciements du poète Dejan Matic je parle de ces bruits qu’égrène le texte que je suis en train d’écrire et du leitmotiv autour des bruits de bombes que j’imagine, l’écrivain Alexander Mandic vient me trouver m’entraine hors de la salle et dans le silence du jardin désert en plein cœur de la nuit m’explique ce qu’est le bruit des bombes, d’abord le silence le plus effrayant, puis ce grésillement aigu dans les oreilles pareil à celui qui court le long des caténaires à l’approche d’un train, puis cette pression dans la poitrine ce formidable coup de poing reçu de l’intérieur, c’est à l’intérieur de soi que chaque bombe tombe, enfin, enfin seulement les bruits multipliés des cris des éboulements des sirènes des pompiers des ambulances des pleurs et du souffle jailli de toutes les frayeurs accumulées

en sortant de la ville de part et d’autre de la route qui me mène à l’aéroport je me retourne et regarde par la vitre arrière les deux immeubles effondrés telles deux sentinelles désannonçant le déluge, je n’entends que le bruit du moteur de l’auto.

Belgrade-Paris, 6-13 mai 2015